Accueil     Juges exemplaires ? 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 , 8 , 9            
  Avocats contre la soumission 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 ,
    Retour à la carte de France de ceux qui dérapent    
  Compétent éliminé    Association muselée  Résistants aux pressions
Le juge Thierry jean-Pierre est mort
A l'aube des années 1990, Thierry Jean-Pierre, en poste au Mans (Sarthe), instruisit en premier l'affaire Urba, le dossier de corruption politico-judiciaire mêlant les milieux industriels et le Parti socialiste. Thierry Jean-Pierre est mort mardi des suites d'un cancer. Il allait avoir 50 ans.
Né en Lozère d'une mère institutrice et d'un père professeur, Thierry Jean-Pierre fut d'abord inspecteur du Trésor, avant d'épouser la profession de sa femme magistrate. Visage en lame de couteau, tignasse blonde, l'homme qualifié par ses supérieurs d'" esprit trop in dépendant", va gérer sa nouvelle carrière à sa guise. On le croit à gauche, parce qu'il milite au Syndicat de la magistrature (SM). C'est pourtant en direction du Parti socialiste qu'il mène son principal combat.
Prenant prétexte d'un accident du travail sur un chantier du Mans, il remonte l'écheveau opaque des passations de marchés. Et perquisitionne le 7 avril 1991, à Paris, au siège d'Urba-Gracco, bureau d'études du PS soupçonné d'alimenter les finances de celui-ci par le biais de commissions sur les travaux publics. Au sommet de l'État, c'est l'affolement.
Chose rarissime, le juge est dessaisi à chaud du dossier, mais le substitut du procureur chargé de lui annoncer la nouvelle doit patienter derrière la porte d'Urba, le temps que le magistrat ait fini de fouiller . les archives... L'instruction lui sera retirée, mais sa procédure sera validée par les instances judiciaires. Son second coup d'éclat vise le premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy, qu'il accuse d'avoir bénéficié d'un prêt d'un million de francs (150000euros) sans intérêts, consenti par un sulfureux ami du président François Mitterrand, Roger-Patrice Pelat. L'affaire affecte profondément le chef du gouvernement, qui se suicide, le 1er mai 1993.
C'est sur un plan politique que Thierry Jean-Pierre va ensuite poursuivre sa lutte contre la corruption. Élu en 1994 député européen sur la liste Villiers, réélu en 1999 au Parlement de Strasbourg sur la liste conduite par Nicolas Sarkozy, lors de la présidentielle de 2002, il soutient la candidature d'Alain Madelin. Avocat au barreau de Paris depuis 2002, il avait renoncé l'an dernier à la vie politique. Il laisse derrière lui trois ouvrages incisifs, à l'écriture sans fard Consacrés à la corruption.
MARIE-FRANÇOISE MASSON